CULPABILITE .....................................

Publié le par Angelique-27

 




.
.

Comment se manifeste le sentiment de culpabilité?

Rappelons la distinction essentielle qui doit être faite entre : 

  • La culpabilité qui est un fait objectif : quand on commet un acte répréhensible,
     on est coupable, qu'on le sente ou non.
    .

  • Le sentiment de culpabilité qui est de l'ordre du subjectif : ainsi une personne
    peut ne pas se sentir coupable d'un acte répréhensible, et par contre se sentir
    coupable d'un acte qui ne l'est pas.

L'exemple classique est celui d'Eichmann, ce grand criminel nazi qui à son procès
 ne se reconnut coupable d'aucun crime, mais rougit de confusion lorsque le procureur
lui reprocha de ne pas s'être levé au moment du verdict comme il aurait dû le faire.
.
.
DES COMPORTEMENTS RÉPÉTITIFS

Ce sentiment n'apparaît pas à visage découvert, mais se cache derrière certains
comportements répétitifs que l'on peut repérer soi?même.

Un client a du mal à croire le thérapeute quand celui-ci lui signale des indices d'un
 sentiment inconscient de culpabilité.

Par exemple Joël échoue régulièrement à ses examens. Il a du mal à croire que c'est
parce qu'il se sent coupable de prendre la place de son frère victime d'un accident
qui l'a laissé paralysé.

Voici quelques comportements pouvant indiquer qu'un client se sent coupable : 

  • Parce qu'il se sent indigne, il éprouve des difficultés à s'octroyer du plaisir,
    à prendre des vacances, à " perdre son temps ".

  • Il choisit un conjoint ou un métier qui ne lui convient pas, dans le but de se punir.
    Si le bonheur croise sa route, il le transforme en malheur.

  • Il s'accable de reproches, se croit responsable des conflits ou des erreurs de
    ses proches. Il ne sait pas accepter un mot d'affection ou un compliment.

  • Si ses parents lui ont appris que la vie n'est que devoirs et sacrifice, il se sent
    coupable chaque fois qu'il trouve plaisir à quelque chose.

  • Il est parfois paralysé dans ses capacités d'agir, tant la charge de culpabilité
    est forte.

  • Il se sent insécurisé face aux autres, croit que ceux-ci ne l'aiment pas.

  • Il dit oui à tout ce qu'on lui demande. Cette attitude dénote sa culpabilité cachée.
     Sous couvert d'altruisme, il se force à nier sa liberté individuelle et son besoin
     de repos.

  • Il offre des cadeaux pour se faire pardonner une longue absence ou une colère.

  • Il critique les autres en projetant inconsciemment ses propres fautes sur eux.

  • Il a des problèmes sexuels qui trouvent racine dans des expériences sexuelles
    hors mariage, des abus sexuels subis dans son passé (la victime se sent
    coupable) ou dans le fait d'avoir eu un père dominateur ou une mère castratrice.

  • Il protège une personne qui dans le passé lui a fait subir un traumatisme grave.
     Parce qu'il ne peut se permettre d'accuser le vrai coupable (père, mère,
    membre de la famille ou ami) il s'auto-punit inconsciemment, pensant ainsi
     protéger le coupable.

Le thérapeute aidera le client à exprimer sa colère pour le traumatisme subi.
 C'est cela seul qui le libèrera de sa culpabilité destructrice qui est ici un sentiment
 racket,
 une notion d'analyse transactionnelle. Les sentiments authentiques que l'on devrait
 éprouver
 devant des sévices, une injustice ou un traumatisme sont la colère, la tristesse et/ou
 la peur.




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article